Briques réfractaires

Informations

Distribution : 4 hommes – 17 femmes

Écrit à la demande de Brigitte Bailleux dans le cadre du projet participatif »C’est gentil, il ne fallait pas »

Editions Lansman

Résumé

Les Druart, les Gianfranco, les Lardinois, les Blisner, les Parlapiano…. tous sont au rendez-vous pour fêter l’installation d’Adèle et de Nicolas dans leur nouvelle maison. La famille au sens (très) large du terme, qui s’étonne : quelle idée d’emménager dans un endroit pareil! Si l’endroit n’est pas très engageant, il se révèle être un cadeau, don généreux du grand-père de Nicolas, décédé récemment. Mort, certes… mais pas absent : il s’invite par lettres interposées et prouve qu’il atout prévu. Du financement des travaux de rénovation au paiement des impôts fonciers pendant quinze ans, il prend tout à sa charge. Trop beau pour être vrai… et sans arrière-pensées. Et chacun de se demander si ce cadeau en est vraiment un.

Extrait

(…)
Magdalena: Au mariage du cousin Doutreligne, on a mangé du rôti de veau.
Hélène: Et alors?
Louisa : C’est quand même mieux que du poulet!
Hélène : Occupez-vous de vos assiettes et arrêtez de critiquer.
Magdalena: Je ne critique pas, je dis juste qu’il était drôlement bon, le rôti de veau du mariage du cousin Doutreligne.
Hélène: C’est ça, c’est ça !
Joséphine: C’est qui le cousin Doutreligne ?
Magdalena: C’est le premier fils du deuxième mariage de la soeur aînée de Serge Delbard, le premier mari de Lucia et Lucette.
Joséphine (essayant de remettre en place les pièces du puzzle): …
Hélène: Elle veut dire que c’est le cousin de Céline et Stéphanie, côté Delbard. (Elle montre à chaque fois de qui il s’agit) Au mariage de ce cousin on était quarante, pas plus. Là, tu la vois offrir du rôti de veau à tout le monde qu’on est là ?
Magdalena: Surtout que c’était un rôti de veau farci à la truffe .
Hélène (désignant les enceintes) : Et en plus, elles, elles comptent pour deux.
Magdalena: Elles ne salissent qu’une assiette, c’est déjà ça.
Hélène: Mais elles mangent comme quatre.
Magdalena: Melissa ce n’est pas des jumeaux qu’elle attend ? C’est comme six qu’elle mange!
Hélène : Tu dis ça parce que c’est une Blisner.
Magdalena: Je dis ça parce qu’elle mange comme si elle ne mangeait qu’une fois par semaine !
Joséphine : J’espère qu’ils ont un lave-vaisselle, parce que ce n’est pas moi qui m’y colle.
Magdalena: Tu es sûre qu’ils ont l’électricité?
Hélène : Arrête avec la grappa, je l’ai vue, la deuxième bouteille. On sait comment tu fais: tu offres toujours les bouteilles de grappa mais c’est pour qu’on ne puisse pas te reprocher de te resservir.
Magdalena: Quelle hypocrite! Tout à l’heure tu m’as dit en douce que s’il y a si peu de lumière, c’est pour qu’on ne voie pas ce qu’on mange!
Hélène: Je plaisantais.
Magdalena: Eh bien moi aussi je plaisante!
Hélène : Arrête ou je le dis à Louisa !
Alexandre: Du rôti de veau farci à la truffe ça n’existe pas.
(…)

Mise en scène

9 mai 2008,
Brigitte Bailleurs,
Mons - Belgique
code & design : tchiktchak